Projets complétés

Portrait de la recherche partenariale au sein du RéQEF : pratiques et points de vue des chercheures, doctorantes et postdoctorantes

Nathalie Lafranchise Département de communication sociale et publique

Les chercheures et universitaires engagées dans le champ des études féministes et les groupes de femmes partagent un riche historique de recherche partenariale. Au Québec, on situe autour des années 1970 une première effervescence pour ce type de recherche orienté vers le changement social. Ce lien entre universitaires et travailleuses communautaires vise la plupart du temps à dépasser le simple rapport instrumental et s’ancre plus profondément dans un engagement épistémologique ou une éthique féministe partagée par les actrices mobilisées. De nombreux partenariats de recherche ont ainsi été élaborés entre des chercheures universitaires et des groupes de femmes depuis les dernières années. Bien qu’une expertise ait depuis été développée, notamment dans certaines instances dédiées à soutenir ce type de recherches comme le Service aux collectivités de l’UQAM et son Protocole avec Relais-femmes, des défis sont constatés, ceux-ci relevant notamment des conditions relationnelles, de tensions entre science et militantisme et de l’intégration des résultats dans l’action.

Fort de cette tradition de collaboration et de partage des connaissances entre les groupes de femmes et les chercheures féministes, le RéQEF s’est entre autres donné comme mission de « soutenir la diffusion des savoirs féministes, leur transfert et leur mobilisation sur deux fronts : scientifique et stratégique ». En outre, une première enquête menée par le RéQEF auprès de ses membres a fait état de préoccupations importantes au regard de la diffusion et du transfert des connaissances. Les membres sondées ont relevé des enjeux reliés à l’appropriation et la mobilisation des savoirs féministes, soulevant ainsi la pertinence d’approfondir ces aspects au sein même du RéQEF.

Mais que savons-nous sur les recherches en partenariat menées par les chercheures membres du RéQEF? Dit autrement : qui travaille avec qui, et comment? Sur quelles bases sont initiées, pensées et mises en place ces recherches? En quoi se caractérisent-elles de recherches collaboratives? Comment les impératifs relatifs aux cultures (universitaires et communautaires) sont-ils pris en compte dans la relation partenariale? Comment se déploie le processus de collaboration ou de coconstruction? Et enfin, comment sont-elles vécues dans les recherches des membres du RéQEF?

Ce projet exploratoire comporte deux volets : l’un quantitatif, l’autre qualitatif. Il vise dans un premier temps à dresser un portrait des recherches en partenariat menées par les chercheures du RéQEF. Dans un deuxième volet, nous souhaitons mieux comprendre et approfondir les enjeux de la recherche partenariale telle que vécue par les chercheures (incluant doctorantes et post doctorantes).

À lire sur le sujet : l’article paru dans la revue Recherches féministes en 2020 « La recherche partenariale féministe : des rapports égalitaires sous tension », coécrit par Isabelle Courcy, Lyne Kurtzman, Berthe Lacharité, Lucie Pelletier-Landry, Isabel Côté et Nathalie Lafranchise.

Nathalie Lafranchise >

Trouver un autre projet >

Faculté de communication

La Faculté de communication est le plus important pôle d’enseignement, de recherche et de création en communication au Canada. Sa poursuite de l’excellence repose sur la qualité de ses programmes, la renommée de ses diplômés et son étroite collaboration avec les milieux professionnels.

Suivez-nous

Coordonnées

Université du Québec à Montréal
Faculté de communication
Pavillon Judith-Jasmin
1495, rue St-Denis
Montréal (Québec) H2X 3S1